L’Islande terre de feu et de glace (4)

Nous reprenions la route en sens inverse. Les paysages semblaient différents, le temps était clair, avec quelques nuages roses et violets. Sur la route du glacier, le parc Skaftafell, l’une des portes d’entrée du parc national du Parc national du Vatnajökull, qui s’étend au nord. Petite route en impasse de quelques centaines de mètres numérotée 998 et connectée à la route n° 1. Le parc est protégé, les Islandais y ont plantés les seuls arbres.

Le Parc de Skaftafell

Le Parc de Skaftafell

Balade jusqu’à la chute de Svartifoss, enchâssée par d’immenses falaises d’orgues basaltiques. En Islandais, svart « noir ». On dit que les architectes Islandais se sont inspirés de ces orgues, notamment l’église Luthérienne Hallgrimskirkja à Reykjavik. Les orgues sont engendrés par les torrents de lave qui se sont cristallisés en refroidissant.

059

 

 

057


056

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui rend cette balade atypique (pour l’Islande) c’est qu’elle serpente au milieu d’arbres, essentiellement des bouleaux, des saules et des sorbiers. En haut la vue sur la vallée…

055

Skaftafell

 

Descente les pieds dans la boue. Le coin un tantinet humide était autrefois une oasis de pâturages au cœur d’un paysage aride, et quelques vestiges d’anciennes fermes « traînent » çà-et-là. En bas, pique-nique cheveux au vent, au cœur d’un grand camping, départ d’une foultitude de randonnées sur le glacier, puis café et chocolat au soleil. Elle est pas belle la vie ?

Nous reprîmes la route n° 1, pour rejoindre notre prochaine étape dans le village de Kirkjubæjarklaustur, « ferme-église du couvent » où nous étions passées voir la veille, le Kirkjugólf, « sol de l’église », même s’il n’y a jamais eu d’église, car le site est classé monument naturel. Le folklore populaire alimente des légendes ayant trait à des religieuses et à un trésor enfoui dans le lac, mais nous n’avons pas eu le temps de partir à sa recherche. Nous avons préféré goûter aux joies des sources chaudes dans la piscine du village.

le Kirkjugólf

le Kirkjugólf

 

 

Vue imprenable sur l’une des cascades environnantes, le corps plongé dans l’eau à 38°, la tête au-dehors. Un pur délice. Au bout d’une demi-heure, l’impression de se transformer en homard façon court-bouillon, nous sortîmes et rejoignîmes notre ferme-auberge située sur une petite colline.

072

 

Ce soir ce serait dîner au restaurant de la ferme. Ce soir, ce serait veille des aurores boréales, un guide Islandais nous annonça que le coefficient était le plus haut du mois.

Je me postais donc emmitouflée dans une couverture sur les marches du chalet et scrutais le ciel étoilé. Et, miracle : une aurore blanche se mit à danser entourée d’un nuage rose. « Maman, y en a une » criais-je à ma mère qui se releva, admira et se recoucha dès lors que l’aurore eut terminé sa chorégraphie.

Un peu déçue de ne pas voir les couleurs tant attendues, les verts, les jaunes, je remercie tout de même la clémence de la toute puissante (j’suis athée mais bon) Nature…

Publicités

2 réponses à “L’Islande terre de feu et de glace (4)

  1. 🙂 J’adore ta façon de raconter, on ne s’ennuie pas ! Tes photos toujours superbe pour profiter de ces paysages surprenants et impressionnants, une pointe d’humour et la cerise sur le gâteau avec cette aurore boréale.
    Un petit regret: ne pas voir d’image des homards sortant de l’eau;))
    Merci Pascale

Vos pensées

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s