Paris VS Lyon. Roman épistolaire (12)

 La réponse de Jean… Qui s’est faite attendre. Spéciale dédicace à Alminato !  Mais… j’ai classé les lettres, et inséré celles qui manquaient. Cela explique  un peu le « bordel » ambiant dans les commentaires!  Vous pouvez retrouver toutes les lettres  publiées dans l’ordre (en principe) à la fin de celle-ci. Si toutefois il persistait un malencontreux soucis : n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ! 

lyon

Lyon, le 23 mai

 

Ma Jeanne,

 

Toujours poète ma Jeanne ! T’imaginer les quatre fers en l’air assise sur un cactus, j’avoue que l’image m’intéresse !

Te souviens-tu de cette vieille dame dont je t’ai parlé ? Cette vieille dame a participé à certaines peintures que tu retrouves sur les murs de Lyon, ces fresques gigantesques, en trompe-l’œil, je les ai déjà évoquées non ? Incroyable de constater qu’une artiste contemporaine qui participa à un tel travail, une œuvre connue dans le monde entier, une mise en valeur de l’histoire et de l’identité de cette ville, puisse vivre dans la rue ! Elle est si captivante… Elle m’instruit à chacune de nos rencontres sur l’histoire des fresques. Ainsi, depuis la semaine dernière, elle m’a accompagné comme un guide de musée voir les fresques du centre-ville. Nous y sommes allés à pied, avec ses chiens. Elle trotte comme une petite fille. Son savoir est immense. Cette petite vieille sans âge m’emplit d’un bonheur insoupçonné alors qu’elle est à la rue ! Je ne sais comment l’aider. J’aimerais tant faire quelque chose pour elle…

Mon inquiétude à son égard ne doit pas m’empêcher de te parler de la fresque examinée ce matin. Sur le mur de la bibliothèque de la cité, non loin de l’endroit où les bouquinistes s’installent, les acteurs de ce tableau sont des livres dont les auteurs sont nés ou ont travaillé dans la région lyonnaise. C’est le quai de la pêcherie. Des rayons de livres, une paire de lunettes, là un chat – encore ! – On peut même y lire des extraits des écrits de Louise Labé, Frédéric Dard, Louis Calaferte…

J’étais en forme, et j’ai fait un grand tour à vélo. J’ai descendu le cours Gambetta, non loin du centre-ville. J’ai emprunté les trottoirs, car il y a une chose pénible, c’est que les pistes cyclables ne vont pas toujours là où je voudrais aller. Je voulais voir une fresque que j’avais déjà croisée sans m’y être attardé, la fresque du cinéma. Le mur est peint sur 500 mètres carrés, un beurre ! Elle est découpée en deux parties, et croque dans sa partie haute un décor de tournage, et dans sa partie basse une mise en scène du premier film. Les frères Lumière y sont représentés. Tu sais que le cinéma est né à Lyon, en 1906, grâce au génie, (si si !) des deux frangins Louis et Auguste. Non ce ne sont pas des clowns ! Figure-toi qu’il y a même une rue qui se nomme rue du premier film, dans le huitième !

Cela me vaut un point je crois. Pas pour le génie des frères Lumière, mais pour ces fresques ! Et l’ensemble des détails que je donne à voir à tes yeux ébahis… Et pour tous ces films qui se sont tournés à Lyon : l’Armée des Ombres de Jacques Dorfman… Sans oublier les films de Bertrand Tavernier, que, je te rappelle, tu as adorés ! Cela dit, ce n’est pas celle que je préfère pour le moment.

Non, j’aime celle du quai de la pêcherie. Sans doute la lumière sur les quais y est-elle pour quelque chose… Cette lumière lyonnaise que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Ce que j’aime dans cette ville, c’est cette lumière changeante venue de nulle part. Peut-être est-ce le fait des deux cours d’eau, dont les vapeurs mêlées livrent aux abords des quais un éclairage tamisé. La lumière. Lyon est une ville de lumière ! Tout est lumière. Les frères Lumières, la fête des lumières dont je t’ai parlé, qu’une foultitude d’étrangers nous envie. Les rues du 8 décembre sont constellées d’une foule nomade qui chemine au gré des luminions posés sur les rebords des fenêtres et se masse autour des scènes lumineuses éparpillées dans la ville. D’ailleurs c’est assez déplaisant tout ce monde.

C’est le seul jour où les lyonnais sortent du secret dont ils ont le goût. En cela, ils ressemblent aux britanniques. Mais ce 8 décembre, ils jaillissent de leurs appartements sombres et asymétriques, auxquels on accède par des escaliers larges et obscurs qui ne doivent jamais laisser soupçonner des logements luxueux. Le Lyonnais a le luxe discret !

Dans deux jours, tu seras là, puis je t’accompagnerai à Paris comme nous l’avons prévu. J’ai le sentiment de redevenir l’adolescent que j’étais même si l’éphèbe binoclard acnéique n’avait aucune aventure amoureuse, car qui plus est, il était d’une maladive timidité. Mais ce n’est pas original, l’originalité étant une aptitude que je ne peux ambitionner.

J’imagine que nous ne respecterons pas le programme, et me réjouis d’avance à l’idée de l’inconnu.

 

         À te voir,

                                                                                             Jean

Précédentes lettres :

Lettre 1. Lyon, le 23 mars

Lettre 2. Lyon, le 30 mars

Lettre 3. Lyon, le 5 avril

Lettre 4, le 20 avril

Lettre 5. Paris, le 23 avril

Lettre 6. Lyon, le 30 avril

Lettre 7. Lyon, le 2 mai

Lettre 8. Paris, le 5 mai

Lettre 9. Lyon, le 10 mai

Lettre 10. Paris, le 13 mai

Lettre 11. Lyon, le 13 mai

Lettre 12. Paris, le 20 mai

Publicités

4 réponses à “Paris VS Lyon. Roman épistolaire (12)

  1. Voilà, je viens de terminer. Pascale je te remercie du fond du coeur, j’ai passé un moment délicieux.
    Bonne fin de dimanche.

  2. Bon me voilà rassurée !
    Si j’étais un tantinet plus appliquée, ou moins dispersée… Je les aurais publiées à la suite. C’était d’ailleurs mon idée première : un feuilleton. Mais comme je n’aime guère les feuilletons ou les séries, car je manque aussi de patiente (décidément) j’avais un peu tardé à mettre de l’ordre dans tout cela !
    Heureuse de te faire plaisir Alminato !
    Bonnes (re)lectures
    Amitiés

  3. Merci pascale, je suis très touchée!
    Je viens d’en lire deux, je reviendrai plus tard.
    Ce Jean m’a l’air bien sympathique et possède une sacrée plume aussi;)
    A plus tard pour la, les suites, pour l’instant, l’ordre est très cohérent.
    Bonne journée!

Vos pensées

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s