Paris vs Lyon. (9)

Lyon, le 10 mai

 

Ma Jeanne,

 

Il a fallu que tu me parles d’un cimetière ! Tu devais être croquemort, ou fossoyeuse dans une autre vie ! Il faudra que tu m’expliques comment l’on peut être à la fois bavarde et absente.

À propos d’humanité, oui, tu ne crois pas si bien dire. Ou écrire. Les fresques sont le témoin et la trace des métiers, des artistes, des écrivains, de l’histoire Lyonnaise quoi. Je ne sais plus qui a écrit que la beauté est dans le regard de celui qui passe, mais c’est vrai qu’elles ouvrent l’imagination sur un monde, une atmosphère. Il s’en dégage une certaine tendresse. Et celles qui concourent à la réhabilitation de ces vieux immeubles déchus sont comme une scène ouverte. Je pense que les habitants doivent être fiers.

Encore une fois, je suis si déçu que tu n’aies pu te libérer. J’avais aussi rêvé de longues balades le long des quais de Saône avec toi, ma Jeanne. J’avais prévu de t’emmener dans ce bistrot Lyonnais  Le bouchon des carnivores  rue des Marronniers. Je sais que tu n’aimes pas beaucoup l’ambiance boucherie, mais ce bistrot est une pure merveille de décoration. J’y retrouve l’ambiance désuète des bistrots Lyonnais de mes vingt ans, le carrelage, les statues moches me dirais-tu… Pourtant, il y a là un vitrail que tu adorerais dans un œil de bœuf, un vitrail tête de bœuf réalisé par des artisans que nous serions certainement allés voir. Leur travail est étonnant. Ils vivent à Saint Jean, décidément, je reviens continuellement à ce quartier. Croix-Rousse et Saint Jean ?

Je me souviens de mes balades pour rejoindre la Croix-Rousse lorsque j’étais adolescent : je partais de la place Louis Pradel. Sais-tu que Louis Pradel fut maire de Lyon presque vingt ans ? Il remplaça Edouard Herriot. Il était soi-disant sans étiquette, mais un peu centre-droit quand-même… Tu sais quoi ? Les Lyonnais l’appelaient Zizi ! C’est moche pour un maire non ? Même, Zizi béton, à cause de son goût prononcé pour les grands travaux ! N’empêche, c’est lui qui est à l’origine de nombreuses réalisations comme cette merveilleuse roseraie au Parc de la Tête d’or. Elle est en fleurs, et j’espère bien que tu pourras venir les voir avant qu’elles ne fanent. Bon, il n’a pas fait que des choses, à mon sens, belles comme les roses. Le plat de nouilles tu sais ce que c’est ? Ce maudit échangeur à Perrache. Quelle connerie de faire passer l’autoroute en plein centre-ville !

La gare Perrache, je ne l’aime pas mais c’est là que je viendrai te chercher, alors elle remonte un peu dans mon estime. À moins que ça ne soit à la Part Dieu… La gare de Perrache a été construite en 1855. Aujourd’hui, la vue sur la ville est masquée par le pôle d’échange et la voix rapide. C’est la grisaille et le bruit continuels. Ce coin me fiche le bourdon, surtout depuis le temps où mon pote avait acheté un ancien bar à putes quai de Verdun. Si, Lou avait acheté à une ancienne mère maquerelle un bar à la clientèle colorée, se disant qu’il se constituerait une nouvelle clientèle. Il avait omis que l’ex associé de la mère en question ne l’entendrait pas de cette oreille, qu’il avait arrachée, d’ailleurs, sans doute à la suite d’une altercation amicale… Bref, le maquereau est venu un jour armé de chaînes pour dissuader Lou de s’installer. Il ne rigolait pas je peux te l’affirmer. Mais Lou, inconscient et probablement un peu idiot, lui tint tête ce qui lui valut une semaine d’hôpital. Ceci ne le découragea pas, mais j’ai cessé de fréquenter le quartier et Lou par la même occasion. Je ne sais pas ce qu’il advint du bar et des putes qui allaient avec…

Autrefois, cela devait être un quartier vivant et joyeux. Sur l’ancienne gare on voit encore les noms des villes que desservaient les trains : Avignon, Marseille… Perrache, c’était un ticket pour le sud. Le Sud où tu es mon amour, tu es mon Sud.

Je t’attendrai sous la halle de la gare, sur le quai, en dessous du dôme vitré un peu comme la gare de Lyon. Voilà un point qui nous unis un peu : la gare de Lyon. Le nom, la halle au toit de verre… J’aime ces toits vitrés abritant les quais et qui laissent voir le ciel, entre les piliers de métal.

Pour information, Paris a pris son nom actuel au 4e siècle ! C’est  Clovis, Mérovingien et roi des Francs qui s’y établit pour en faire sa capitale en 508, suite à sa victoire sur les Romains.

Ne me remercie pas !

                                                                                         Jean

Publicités

Une réponse à “Paris vs Lyon. (9)

Vos pensées

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s