Paris vs Lyon (6)

Lyon, le 30 avril

 Lyon Mars 2006 004

Jeanne,

Tu me fais rire avec tes histoires de Catacombes ! J’imagine qu’elles doivent recéler d’autres histoires comme celle-ci. Faut toujours que tu me parles de cimetières, d’ossuaires…

Depuis que j’ai changé d’appartement, je musarde dans les rues de Saint-Jean presque quotidiennement. Saint Jean… J’adore ce quartier… Flâner, dans les vieilles rues de l’ancienne Lugdunum. Courir de traboules – si l’on n’a pas de catacombes, on a des traboules –  en traboules, s’y cacher même… Passer dans l’une, et, comme par magie, se retrouver dans une autre rue. Les plus vieux Lyonnais l’idolâtrent ce quartier. Les deux cours d’eau qui se rejoignent à la Confluence. J’aime ce nom. Confluence.

En remontant la Saône, quelques jolis ponts l’enjambent tout le long de sa course sinueuse, comme une ruelle, jusque Trévoux. Passant par l’île Barbe. Ce petit îlot planté au milieu de la rivière, au nord de la ville. Il faudra que je te le présente.

Le sud est moins pittoresque : on entre en collision avec une magnifique raffinerie. Feyzin, couloir de la chimie. Une dizaine d’industries chimiques ancrées rien qu’au sud. De quoi faire péter une bonne partie de la ville ! Tel un long ruban de lumière bleues, rouges,  jaunes qui éclairent le Rhône la nuit, mais classé Seveso. Je lui trouve un certain charme, aussi étrange que cela puisse paraître, à cette raffinerie toute illuminée de ces lumières multicolores. Oui. Pittoresque paysage qui a son charme si l’on néglige les effets d’un tel amarrage. La nuit, elle me penser à une fête foraine.

Comme après un exil, je redécouvre les quartiers que j’affectionnais enfant. Il me suffit de grimper dans la ficelle – notre funiculaire – et m’installer devant Fourvière pour admirer la ville. La brume s’estompe doucement pour laisser voir les petites rues de Saint Jean, juste au-dessous, les quais, à peine dissimulés par les arbres encore en bourgeons. La ville sort de l’hiver. Sur la gauche, la tour de la Part Dieu. Le crayon.  Je déteste toujours autant ce quartier. Trop glauque. Si j’avais conservé quelques explosifs du temps où j’étais artificier, je le ferai bien sauter ce p…de crayon. Et le quartier tout autour. Comme la tour Montparnasse, la nôtre défie les lois de la gravité et de la beauté architecturale. Mais c’est une partiale réflexion.

Le site portait déjà son nom au Moyen âge. Il signifiait « la propriété de Dieu ». Je me demande ce que Dieu vient faire ici… Non, comment peut-on aimer la Part Dieu ?

Au milieu du 19e siècle le quartier s’est urbanisé, au moment où la partie Est du Rhône fut reliée à la presqu’île par la construction de ponts et où la commune de la Guillotière fut rattachée à Lyon. Dommage. Les réunions clandestines de socialistes et d’anarchistes s’y tinrent. Voilà une histoire comme je les aime.

Après les inondations de 1856, le quartier fut assaini et de nouvelles classes sociales s’implantèrent : commerçants, employés et fonctionnaires. Auparavant, il  était occupé par des terrains insalubres. Je ne peux m’empêcher de penser que les rats de cette époque étaient préférables aux rats nouveaux, si tu vois ce que je veux dire…

En 1978, la gare T.G.V conçue comme un lien entre l’Ouest aménagé et l’Est, longtemps laissé pour compte fut bâtie. Je n’aime que l’horloge et son parvis, le reste du quartier étant à mourir d’ennui et, très laid.

Je termine là. Je t’écrirai davantage demain ma Jeanne.

Jean

Publicités

6 réponses à “Paris vs Lyon (6)

  1. Tu as raison !
    Je ne suis pas Lyonnaise d’origine, (suis plutôt née à Paris, ceci explique cela) mais j’aime beaucoup cette ville à l’histoire colorée. Même si je me sens vraiment bien que dans la nature tu l’auras compris.
    J’aime aussi beaucoup Paris. Mais les villes devraient être réservées aux seules périodes de vacances…
    Si tu cherches une chambre pour visiter Lyon, tu es la bienvenue !

  2. Lyon m’a toujours fait rêver… Les Traboules, le crayon, la ficelle… quel vocabulaire imagé et drôle! Je crois que j’aurais bien aimé y vivre, un état d’esprit à part, insolent et plein d’humour.

  3. le savoir… Me vient du simple fait que je suis née à Paris, que je l’ai fréquentée vingt ans, je la vois encore de temps à autres, c’est une vieille amie, et… Je vis près de Lyon, que j’aime aussi, et que je sillonne à temps perdu (ou pas) ! Tu vois, je triche !
    Et puis… Internet, c’est pas fait pour les chiens ! rires
    Merci à toi Noctamplume !

  4. Ah ? Je n’étais vraiment pas sûre… Je les trouve « bof », mais je me suis amusée à les écrire, d’ailleurs elles ne sont presque pas retouchées, c’était juste une récré, une aération !
    Bises Jonas !

  5. Bonsoir Pascale

    J’adore tes lettres sous formes de proses très enrichissantes, on se demande même d’où te vient tout ce savoir sur cette ville
    Gros bisous et toute mon amitié
    Douce soirée
    Le Noctamplume

  6. Quelle belle idée Pascale que cet échange de courrier entre Jean et Jeanne, prétexte à flâner à leur côté, à se perdre dans le ventre de ces belles cités que sont Lutèce et Lugdunum ! Bises.
    Jonas

Vos pensées

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s