« Le bon dieu sans confession » in Petits accidents de la vie.

     Incipit

Affolée, Julia survint chez Élisabeth. Celle-ci habitait la maison voisine. Julia était veuve, Élisabeth vieille fille. Toutes deux octogénaires, elles vivaient avec une toute petite retraite. Julia paraissait plus secouée qu’à son ordinaire.

—  Il faut que l’on parte, vite !

— Que se passe-t-il Julia ? Ça s’est mal passé ? Où est Marius ?

Marius était un « homeless » (sans domicile fixe) bien que Julia et son amie eussent préféré dire clochard, « tramp » – qu’elles avaient « recueilli » depuis quelques mois. Il vivait dans un quartier éloigné.

     Tout d’abord, Marius s’était méfié, et même il avait protesté de manière véhémente lorsqu’elles lui avaient proposé de venir habiter quelque temps « à l’abri » comme elles disaient…

Vos pensées

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s